Tournées et concerts
© Bart Heemskerk 1/2
© Bart Heemskerk 2/2

En mai dernier, au stade De Kuip de Rotterdam, le chanteur hollandais Marco Borsato a assuré son tour de chant devant 240 000 fans pendant cinq soirs. Pour faire honneur à ses chansons dynamiques et à l’enthousiasme de son interprétation, il fallait couvrir tout le spectre sur l'ensemble de ce stade ouvert (comprendre : sans toit), ce qui a orienté l'équipe de production vers la Série SL de d&b.

Aux Pays-Bas, Borsato, qui depuis 20 ans accumule les succès et les récompenses, fait partie du patrimoine national. Il fait partie des quelques artistes dont le public est assez fidèle et nombreux pour lui permettre de se produire cinq soirs sur l’une des plus grandes scènes de son pays (50 000 places), celle du stade De Kuip, affectueusement surnommé « la cuvette » par les amateurs de football qui connaissent le club de Feyenoord.

Le système GSL et KSL m’a donné la possibilité de mixer avec une large gamme dynamique, de la chanson douce au piano aux gros arrangements pop, et d’obtenir une voix d’une belle clarté dans toute le stade.Barak Koren - Ingénieur FoH et concepteur de systèmes

Peak Audio, partenaire d&b basé à Utrecht, a dû relever le défi de proposer un système capable de jouer son rôle sur tout le spectre sans que le spectacle ne pâtisse des conditions exigeantes des stades en plein air.

Pour le projet, Anthony Kappel était le concepteur du système et l'ingénieur principal, assisté de son collègue Bart Schouten de Peak Audio, concepteur système et chef de projet pour la série de concerts.

La Série-SL est excellente en termes de projection, avec une très belle linéarité polaire dans les zones décentrées.Barak Koren - Ingénieur FoH et concepteur de systèmes
© Bart Heemskerk

« En tant que premiers utilisateurs de la Série SL, nous connaissons maintenant très bien les enceintes, et nous avons désormais beaucoup d’expérience en termes de conception et de préparation de systèmes GSL et KSL pour les concerts de Marco Borsato, » explique Bart Schouten. « Nous avons énormément bénéficié des simulations précises réalisées avec d&b ArrayCalc, et nous avions la certitude de pouvoir obtenir un résultat optimal dans un stade comme De Kuip. », ajoute-t-il.

Outre le logiciel ArrayCalc, l'équipe a aussi fait appel à d&b ArrayProcessing pour déterminer avec précision le comportement des line-arrays de Série SL sur toute la zone d'écoute du stade De Kuip. 

Le son du système GSL et KSL était clair, articulé, détaillé, avec des graves bien tenus.Barak Koren - Ingénieur FoH et concepteur du système

« ArrayProcessing s'est avéré indispensable pour obtenir une simulation précise pendant la conception. Nous disposions là d’un outil puissant, en particulier au moment de répercuter les changements de température et d’humidité pendant le concert », explique Barak Koren, Ingénieur FoH of concepteur du système.

Koren, Schouten et Kappel avaient prévu 40 enceintes GSL8 pour les arrays principaux droit et gauche, et 40 autres en outfill et pour les délais. En renfort, une série de KSL8 pour le remplissage proche et lointain avait été installée. À l’avant, le remplissage revenait à des GSL12, avec aussi des SL-SUB disposés tout autour du stade. Pour alimenter le tout, il a fallu pas moins de 180 amplificateurs d&b D80.

« Le système GSL et KSL m’a donné la possibilité de mixer avec une large gamme dynamique, de la chanson douce au piano aux gros arrangements pop, et d’obtenir une voix d’une belle clarté dans toute le stade », poursuit Koren. « La portée était excellente, avec une belle linéarité polaire dans les zones décentrées.

La maîtrise dans les basses fréquences est un vrai plus quand on sonorise un stade. Cela permet d’obtenir la clarté et des mixages plus souples, sans rien sacrifier en termes de sensations.Barak Koren - Ingénieur FoH et concepteur de systèmes

« Nous avons aussi réduit au minimum les débordements sonores à l’extérieur du stade. Car on sait qu’un stade en plein air pouvait projeter pas mal de son vers les habitations. On a obtenu d’excellents résultats et n’avons reçu aucune plainte, malgré les niveaux sonores élevés dans le stade et la couverture totale du spectre. La Série SL est le seul système capable de répondre à ces exigences.

Les critiques ont salué les « chants endiablés » et les « ballades théâtrales » de Borsato, soulignant à quel point le stade ressemblait soudain à « une grande chorale ». 

« Le son du système GSL et KSL était clair, articulé, détaillé, avec des graves bien tenus », sourit Koren. « Comme la couverture était bonne, et uniforme, tout était plus facile à mixer. Les critiques ont été positives. Ça doit vouloir dire qu’on a bien travaillé !La maîtrise dans les basses fréquences est un vrai plus quand on sonorise un stade. Cela permet d’obtenir la clarté et des mixages plus souples, sans rien sacrifier en termes de sensations. »